LA RÉPUBLIQUE PARLE DE NOUS.



Pistì, la pistache italienne appréciée aussi à l’étranger.

Bronte, dans la province de Catane, est connue partout pour ses pistaches. De cette petite ville sur les pentes de l’Etna, 25 mille habitants en tout, arrivent près de 1% de la production mondiale du célèbre produit. En moyenne 4 millions de kilos, pêchés tous les deux ans. L’or vert, comme on l’appelle en Sicile, est long à mûrir. Dans les 3 000 hectares de pistachiers de Bronte , il est récolté entre fin août et début septembre. « C’était l’année suivante », dit Nino Marino. “On a fait le plein, maintenant on attend 2021”, l’année impaire, la bonne année. Pistì, l’entreprise que Marino a fondée avec son partenaire Vincenzo Longhitano, est l’une des plus grandes entreprises de confiserie de la ville et fait partie, avec les délices Vincente et la qualité Madero, de l’entreprise Antichi Sapori dell’Etna. « Nous avons commencé en 2002, nous avions 23 ans et nous voulions faire des affaires. Vincenzo est de Bronte et a grandi avec la culture de la pistache, il a inventé des recettes ». D’où l’idée de créer un laboratoire artisanal pour la production de douceurs siciliennes typiques : nougat, fruit martorana, croquant et chocolat, spécialités aux amandes, panettone et colombes.

Evidemment à base de pistache, mais pas que : noisettes aussi, amandes, fruits confits. “Nous préférons les matières premières siciliennes – poursuit Marino – mais elles ne sont pas toujours suffisantes pour soutenir l’ensemble de la production”. Prenons la pistache : « nous avons 60 hectares de terre où nous la cultivons . Mais nous en avons besoin de beaucoup, nous en utilisons 500 tonnes en deux ans : nous achetons donc environ 30-40% de toute la pistache cultivée à Bronte. Pour le reste, nous nous tournons vers l’étranger. Iran, Grèce, Californie, Turquie et Espagne ».

Avec ce petit laboratoire au début des années 2000, l’entreprise commence à se faire connaître. Les débuts au Cibus de Parme ont marqué la voie d’un succès inattendu : de plus en plus de commandes arrivaient et il fallait racheter toute une pâtisserie dans le centre-ville. L’entreprise a continué de croître et en 2009, un espace de 4 000 mètres carrés a été inauguré, “une immense pâtisserie construite dans la sciara volcanique. Pas une industrie mais une production du plus haut niveau, dont nous nous occupons en détail “et qui produit indépendamment l’énergie nécessaire à sa subsistance grâce à 3 mètres carrés de panneaux photovoltaïques. “Maintenant, en période de forte production nous employons 200 personnes dont 90% de femmes de moins de 30 ans : elles sont plus précises », explique Marino.

Pistì a toujours suivi toute la chaîne du produit, de la plantation de pistaches à l’étagère. « Nous avons été parmi les premiers à recevoir l’autorisation de vente et de transformation de la « pistache verte Bronte DOP ». Aujourd’hui 70% de notre production va en Italie, nous sommes présents dans toutes les principales marques, notamment dans le nord, en Lombardie, Piémont et Triveneto. Les 30% restants partent à l’étranger, exportés dans 41 pays à travers le monde, principalement l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Californie et le Japon, où il est vendu à la fois en grande distribution et en magasin”.

L’entreprise prévoit de clôturer 2019 avec un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros, un bond en avant par rapport aux 30 millions de 2018. “Nous nous sommes fixé l’objectif pour 2020 d’atteindre 55 -58 millions , équitablement répartis entre les marchés nationaux et internationaux, où notre marque commence à être connue et appréciée », conclut Marino.
Le produit phare est la crème de pistache à tartiner, mais pour les fêtes de Noël, le “brontese” est prêt, un produit spécial au levain fourré de crème d’or vert.


Give the Rating

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.